FO Transports : le droit de retrait est levé, mais sous conditions


Selon les nouvelles mesures actées, tous les parkings doivent rouvrir, « avec des sanitaires et douches nettoyées et l’interdiction de faire payer les douches ». De même, un plus grand nombre de restaurants routiers seront ouverts.Crédit photo Adobe Stock

FO Transports et Logistique a levé dimanche son appel au droit de retrait des salariés du secteur, qui devait débuter lundi, après avoir obtenu une série d’engagements du gouvernement pour garantir la sécurité et le bien-être des conducteurs pendant l’épidémie de coronavirus. L’organisation syndicale se garde la possibilité d’appeler à un nouveau droit de retrait le 25 mars si les promesses ne sont pas tenues.

Le coup de semonce a fini par payer. Dans un message adressé à ses adhérents en date du 22 mars, FO Transports, troisième syndicat chez les conducteurs routiers, indique avoir levé dimanche 22 mars son appel au droit de retrait individuel des conducteurs routiers, qui devait entrer en vigueur ce lundi 23 mars, après avoir reçu des garanties à la hauteur de ses exigences. Accueil détestable, conditions dégradantes, problème d’hygiène… De nombreux conducteurs routiers avaient fait part, via les réseaux sociaux ou leurs syndicats, de nombreux dysfonctionnement et problèmes de sécurité auxquels ils étaient confrontés.

Patrice Clos, secrétaire général de la Fédération des Transports et de la Logistique FO-UNCP, signale avoir remonté, dès le lundi 16 mars, la très forte détérioration des conditions de travail des conducteurs routiers : « fermetures des restaurants et des parkings sur les réseaux concédés et non concédés, fermetures des sanitaires et douches, accueil chez les clients déplorable, coupures sur les bandes d’arrêt d’urgence, pas de protection individuelle ». 

« Taper fort »

Le gouvernement a réagi en publiant un arrêté le jeudi 19 mars visant à « garantir la continuité des opérations de transport dans les meilleures conditions sanitaires possible » selon le ministère des Transports. Le texte rend notamment obligatoire l’accès des chauffeurs à un point d’eau ou à du gel hydroalcoolique lorsqu’ils arrivent à une zone de livraison, tout en maintenant l’ouverture des stations-service, aires de repos, toilettes et restaurants routiers en vente à emporter.

« Malheureusement dans les faits, le vendredi soir vers 18 h 00, la fédération a fait le constat avec vos remontées du terrain que cela était loin d’être le cas », a constaté Patrice Clos, dont le syndicat a pris le parti de « taper fort » pour que « les choses bougent » en demandant à l’ensemble des conducteurs routiers dont le transport n’est pas essentiel d’exercer leurs droits de retrait individuel. « Dès vendredi soir, le ministère des Transports me téléphonait en catastrophe », rapporte Patrice Clos. Après un premier échange samedi matin, une réunion avec les autres organisations syndicales et patronales samedi après-midi a permis d’obtenir plusieurs avancées.

Réouverture de restaurants et parkings

Selon les nouvelles mesures actées, tous les parkings doivent rouvrir,« avec des sanitaires et douches nettoyées et l’interdiction de faire payer les douches ». De même, un plus grand nombre de restaurants routiers seront ouverts, la liste des aires de repos et de services ouverts étant disponible sur le site de Bison Futé. Un numéro de téléphone est en train d’être mis en place pour signaler tout dysfonctionnement. De même, « l’accueil chez les clients devrait être très sensiblement améliorés en respectant les règles du décret sur le chargement et déchargement ». Les protections individuelles devront être mises en place rapidement (dépendance aux stocks).

Volontariat

Concernant le volet social, les heures d’équivalences seront prises en compte pour le chômage partiel. De plus, les organisations syndicales ont demandé que l’assouplissement des heures de conduite et de repos, défini dans l’arrêté du 20 mars 2020, s’effectue sur la base du volontariat.

Un nouveau décret doit également sortir pour maintenir la validité du permis à points et la FCO en cas de difficulté à passer une visite médicale. Le rattrapage de points sera possible via le suivi d’un stage virtuel qui sera mis en place « le plus rapidement possible ». Enfin, un Pacte organisation syndicale – organisation patronale doit être mis en place la semaine prochaine de concert avec le ministère du Transport.

Nouveau point le 25 mars

FO Transport insiste que le fait qu’un nouveau point sera effectué le mercredi 25 mars, avec encore la possibilité de réitérer un appel au droit de retrait individuel « en ce qui concerne le transport non essentiel ». De même, l’organisation syndicale insiste sur le fait que les entreprises doivent mettre en place des protocoles spécifiques pour chaque site logistique avec les instances représentatives du personnel. « Si l’employeur ne veut pas, droit de retrait, et idem si un ou plusieurs cas de Covid-19 est avéré. Désinfection du site et reprise du boulot après 48 h. »

Voir toutes les actualités