Gilets jaunes Les organisations professionnelles font les comptes

 

Pour les transporteurs, l’activité de ces dernières semaines a été particulièrement compliquée. Selon les organisations professionnelles, le mouvement des « gilets jaunes » commence à peser dangereusement sur les trésoreries.

Alors que le mouvement des « gilets jaunes » entame sa troisième semaine d’action avec un point d’orgue particulièrement violent ce week-end à Paris, les organisations professionnelles (OP) alertent sur la situation des sociétés de transport routier qui « subissent de plein fouet les effets des blocages et des barrages filtrants », estiment la FNTR, l’Union TLF, l’Unostra et la CSD dans un communiqué de presse commun.

Entre 400 et 600 M€ de pertes d’exploitation

Estimant les pertes d’exploitation pour les transporteurs comprises entre 400 et 600 millions d’euros (M€), les OP dressent un état des lieux de ces dernières semaines.

« Les camions sont bloqués dans des centaines de kilomètres de bouchons ou dans les zones logistiques, sans pouvoir livrer. Des entrepôts sont inaccessibles et les personnels sont menacés. On constate, en outre, dans plusieurs régions desproblèmes d’approvisionnement en carburant« , assurent la FNTR, l’Union TLF, l’Unostra et la CSD.

Pire, l’OTRE témoigne d’une situation très compliquée sur le terrain : « depuis plusieurs jours, une nouvelle étape a été franchie. Elle se traduit par des comportements hostiles et menaçants à l’encontre des conducteurs, et des actes de malveillances et de détériorations des véhicules. »

Trois mesures en urgence

En conclusion, Jean-Christophe Pic et Claude Blot, respectivement président de la FNTR et de l’Union TLF, estiment qu’il devient « indispensable que le gouvernement mette en place et ce très rapidement, un accompagnement des entreprises de transport qui sont dans l’incapacité non seulement de livrer mais aussi d’assurer leurs différentes échéances. Faute de quoi elles seront contraintes de mettre la clé sous la porte. »

De son côté, l’OTRE réclame « en urgence » :

  • un dispositif permettant le libre accès aux professionnels du transport routiers aux zones industrielles, commerciales et logistiques, ainsi qu’aux établissements hospitaliers et bancaires;
  • des mesures spécifiques pour l’alimentation en carburant des cuves des entreprises de transport et l’accès prioritaire aux stations-services dans les territoires soumis à restriction;
  • des mesures compensatoires fiscales et financières pour les societés fortement impactées.
Voir toutes les actualités